vendredi 5 août 2011

Comme un magicien fatigué

encre et pigments sur papier ( 42 x 65 )

" Pour ce qui est des paysages, je crois devoir signaler qu’il en est de deux sortes. Des premiers, on peut dire qu’il sont purement physiques ; ils évoquent des lieux, des sols, des sous-sols parfois, d’une manière très concrète […] mais les expérimentations ont parfois abouti à des aspects bizarres, où le faux se mêlait au vrai, où le paysage prenait un air absurde évoquant quelque sorte de création avortée ou inachevée qui serait due, par exemple, à un magicien fatigué."         Jean Dubuffet